Fini Le "Prêt-à-Regarder" Osez le Sur Mesure

46daff9f6701bb3bb7bba9c3830772fa

78 comptes de dirigeants syriens hackés par les Anonymous

Anonymous, ce ne sont pas que des actions contre la fermeture de Megaupload, ACTA ou SOPA. Le collectif fait chaque jour un peu plus parler de lui. Aujourd’hui, ils se sont introduits dans les serveurs mails du Ministère syrien des Affaires présidentielles. Si aucun document confidentiel n’a été dévoilé, les mots de passe étaient quant à eux franchement plus surprenants.

Les pirates ont réussi à accéder à près de 78 comptes de membres du cabinet de Bachar al-Assad. Le journal israélien Haaretz fait état de plusieurs échanges de mails usurpés. Rien de fou n’a donc été découvert, rien qui entrave la sécurité ou quoi que ce soit fournissant des informations secrètes, en revanche un extrait libéré par le Haaretz a attiré l’attention des médias américains.

A été mis en ligne, l’échange entre Sheherazad Jaafari, attachée de presse du gouvernement syrien à l’Onu et Luna Chebel, une ex-journaliste d’Al-Jazeera devenue une de ses conseillères. Il s’agit principalement de recommandations à faire au président syrien avant son interview avec Barbara Walters (ABC) en date de décembre 2011.

« Les américains ne s’intéressent pas vraiment à ces réformes. Ils ne vont pas les comprendre et ne sont pas intéressés à le faire. Aussi, une brève mention des réformes effectuées au cours des derniers mois est amplement suffisante ».

Une comparaison est par la suite effectuée entre les répressions syriennes et le mouvement Occupy Wall Street. Deux évènements qui sont sans commune mesure en termes de violences et de condamnations. L’attachée de presse écrit :

« Il est extrêmement important et utile de mentionner que des ‘erreurs’ ont été commises au début de la crise parce que nous n’avions pas une force de police suffisamment organisée. L’opinion américaine peut facilement être manipulée si elle entend que des erreurs ont été certes réalisées, mais que nous sommes maintenant en train de les réparer. Il convient de mentionner les évènements de Wall Street et la façon dont les forces de l’ordre ont stoppé les manifestations avec des hommes, des chiens et des coups. »

Le dernier message est du même acabit,

« Ils pensent que le bain de sang est perpétré par des attaques gouvernementales contre des civils innocents et des manifestants pacifiques. Il faut faire mention des groupes armés. Nous pouvons nous servir d’articles américains et britanniques pour prouver qu’il y a des groupes armés »

Au final – en occultant ces propos assez ahurissants - ce qui est complétement dingue, ce sont les sécurités qui étaient dédiées aux comptes hackés. Les plus hauts dirigeants se sont faits pirater … Sur les 78 victimes, 35 possédaient le même mot de passe, en l’occurrence, il s’agissait de : « 12345 ».